Investissement dans la région

Tremplin vers l’Europe et le reste de l’Afrique, main d’œuvre Main spécialisée et qualifiée, faibles coûts d’implantation, fiscalité avantageuse, favorable à la création et l’innovation : le Maroc qui jouit d’un dynamisme économique soutenu est le pays idéal pour investir.

 Investir dans la région

La région Chaouia-Ouardigha à travers son histoire, son économie, sa géographie et sa position géographique Placé à l’intersection des axes Nord-Sud, offre d’importantes possibilités économiques et d’investissements.

Les provinces de BERRECHID et de Benslimane, constituent l’un des deux des quatre provinces qui compte la région et jouissent d’importantes potentialités touristiques, agricoles, industrielles et minières abritant ainsi un tissu économique riche et diversifié essentielles pour la dynamisation de l’investissement national et étranger.

La Région offre plusieurs possibilités pour les investisseurs en fonction des secteurs d’activité, des infrastructures d’accueils et d’équipements mis à leur disposition

 Zones industrielles

Pour stimuler l’industrie et les services, les provinces de BERRECHID et de Benslimane disposent d’une infrastructure d’accueil des activités industrielles les plus importantes du royaume. Ainsi, 4 zones industrielles sont déjà opérationnelles, et qui occupent une superficie totale de 159 ha et disposant de 485 lots, Un projet d’extension de la zone industrielle de Bouznika est en cours de réalisation sur un étendu de 10 ha.

Désignation de la zone

Superficie (ha) Nombre de lots
ZI de BERRECHID 35 ha 77
ZI de SAHEL 71 ha 158
ZI BOUZNIKA 40 ha 56
ZI de Benslimane 1ère tranche 13 ha 194
Extension de la zone de BOUZNIKA En cours de réalisation sur 10 ha


Opportunités d’investissement par secteurs

INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE

Le secteur de l’industrie pharmaceutique occupe la deuxième place au niveau des industries chimiques après les phosphates offrant au pays le deuxième rang en Afrique dans la production de médicaments après l’Afrique du Sud. Le secteur compte 35 laboratoires, qui produisent à peu près 65% des besoins locaux en médicaments et exporte 10% de la production, vers les pays africains.

L’industrie pharmaceutique marocaine est un pôle de croissance et de compétitivité en raison des technologies acquises, de son savoir-faire et des performances qu’elle réalise au niveau des quantités produites et de la qualité des médicaments.

La province de BERRECHID abrite les principales unités pharmaceutiques nationales et internationales du pays et dispose d’avantages réels : l’existence des infrastructures d’accueil nécessaires répondant aux normes internationales, sa proximité immédiate des principaux axes routiers, des zones portuaires, ferroviaires et aéroportuaires, sa proximité géographique avec des marchés potentiels( Europe, Afrique, pays arabe) et un personnel qualifié , doté de technicité, de savoir-faire et formé de façon approprié, l’ensemble de ses atouts en plus des avantages spécifiques d’ordre financier, fiscal et douanier constituent des éléments fortement  persuasifs pour attirer les investisseurs, locaux et étrangers.

AGRICULTURE

          D’après l’agence pour le Développement Agricole du Maroc (ADA)

“L’agriculture au Maroc contribue à hauteur de 19% au PIB national avec 15% pour la production agricole et 4% pour l’agro-industrie. Le secteur emploie plus de 4 millions de ruraux et crée environ 100000 emplois dans le domaine de l’agro-alimentaire. L’agriculture est un secteur stratégique pour le développement économique et social du pays puisqu’il constitue une source de revenus pour 80% de la population rurale (14 millions de personnes) et permet d’assurer la sécurité alimentaire de 30 millions de marocains. Pour optimiser son potentiel et faire de l’agriculture un véritable levier de croissance de l’économie nationale, le Maroc a adopté en 2008, une véritable stratégie de développement agricole, basée sur une approche globale et intégrée, le « Plan Maroc Vert ».Ce plan initie une nouvelle dynamique d’engagement et d’actions tournées vers les acteurs et opérateurs du secteur. Il a pour objectif le développement d’une agriculture plurielle, ouverte sur les marchés extérieurs et devenir le principal moteur de croissance de l’économie nationale sur les 15 prochaines années”.

Située sur les plaines fertiles du littoral atlantique disséminé entre les grandes plaines céréalières, et les clos de vigne, bordé d’un littoral (long de 35 km), et de forêt dense. La région de Berrechid et Benslimane possède les terres agricoles les plus fertiles, à haut potentiel agricole (Tirs et Hamri) et les mieux cultivées du Maroc.

Le secteur emploie environ la moitié de la population active son territoire est constitué de 58% de surface agricole utile (SAU) soit environ 149 195 ha (5.096 Ha irrigués, 144.099 ha bour) répartie sur 14.033 exploitations agricoles Le reste étant occupé par les forêts avec 23,7% (56.988 ha), parcours et terrains incultes représentent 20 % (49.119 ha).

Étayé par une forte dominance du secteur primaire (agriculture, élevage, aviculture) ou 73% de la SAU est réservée à la céréaliculture en raison du climat semi-aride et fournit en moyenne 15% de la production nationale, ce qui lui a valu le titre ” le Grenier du Maroc”. Par ailleurs, la viticulture occupe une place importante dans le paysage agricole ou la superficie plantée est de 5 168 ha, soit 11% de la superficie du vignoble national

Pour la filière animale, le cheptel compte environ 272.500 têtes bovines qui contribuent à 11% de la production nationale. La région est également le berceau de races ovines performantes, notamment le «Sardi» et le «Jaune de Boujaâd» avec 1.784.600 têtes, soit 10,3% du cheptel national. (Source CRI chaouia- OUARDIGHA)

La région Chaouia-Ouardigha affirme son ambition de contribuer à la réussite de la stratégie du plan Maroc Vert, à travers le développement d’une agriculture performante, et forte en s’appuyant sur les atouts de la région (Existence d’un réseau routier important , Terres très fertiles, Proximité de grands centres urbains, Ressources en eau superficielle importante.) pour attirer des larges investissements privés (nationaux ou internationaux) dans les filières les plus stratégiques du secteur agro-alimentaire.